Shenzhen – les 14 et 15 octobre 2009

Mercredi 14 octobre, 23h50 : Donc ce matin, on est partis pour Shenzhen ; le trajet était assez long (5h) mais ça allait quand même, on a pu dormir. A l’arrivée, Lala nous attendait. C’est, si j’ai bien compris, la nièce d’une connaissance du père de Loïc… Oui, ça va chercher loin encore une fois !

Elle a le même âge que Loïc (un an de moins que moi donc), bosse depuis 2 ans maintenant, et depuis un an à Chinese Telecom. On est arrivés vers midi, donc on est allés déjeuner. Loïc en a marre de manger chinois je crois, alors on a mangé jap’. Heureusement, je crois que j’aurais pas aimé mangé « occidental » ici, ça aurait été dommage ! Donc on a trouvé un jap’ à 128 Yuans (12,80€) par personne, et tout à volonté ! un truc de fou ! et c’était super bon ! du coup, ça nous a pris pas mal de temps déjà… Et ça n’était pas que sushi, maki et sashimi, mais pleins d’autres plats, très bons !
(oui Nanoue, j’en rajoute exprès pour te faire rager 🙂 )

Ensuite, on a voulu faire du shopping… Un disque dur externe, et je cherchais aussi un grand angle, genre 10-24… Alors, pour le premier, pas de souci, on est tombé dans l’endroit idéal pour ça, un espèce de paradis pour les amoureux de l’électronique, sur un dizaine d’étages dans une demi-douzaine de tours… !

Par contre, pour le 2e… On n’a trouvé qu’un seul revendeur Nikon, et le caillou à 800 € on a le même en France, alors non merci, c’est trop cher ! On verra bien à Hong-Kong ! Ensuite, on se dit qu’on ira peut-être à l’hôtel le soir, plutôt que de squatter chez Lala (même si elle insiste fortement pour qu’on vienne chez elle !) En fait, on profite du fait que Loïc doive échanger son billet d’avion, et que pour ça il doive aller dans un hôtel pour se renseigner sur les prix :

80 € la chambre avec deux lits pour un hôtel de luxe ! quand on se souvient qu’à Paris (entre autres) c’est encore plus cher pour un simple 2 *, on comprend pourquoi on a longuement hésité… Mais bon, on avait dit à Lala qu’on irait chez elle, donc…

Après, on a fait les débiles/pris des photos dans la ville.


le moment où on se demande si on est vraiment en Chine ou pas, en regardant les enseignes…

les immenses bâtiments.

Loïc, moi, Lala, dans le métro.

Lala, Loïc et moi.

Ensuite, on est rentré dans la ville où Lala habite. On a passé une bonne journée, on a bien rigolé, parlé anglais (t’aurais été fière de moi (ou pas ?) Waïmatso !) et on a fini dans un p’ti resto, puis chez elle, elle a une immense maison sur 4 étages, avec un étage juste pour elle et un de ses frères ! Maintenant, il est 00:46, Time to sleep, demain debout à 8h et une nouvelle journée nous attend !

Alors là, je fais une petite pause, et j’explique pourquoi on avait choisi d’aller à Shenzhen. Déjà, parce que Loïc connaissait quelqu’un là-bas. Ensuite, parce qu’il y avait plus d’une page pour Shenzhen dans mon guide (10 même !! comparé à la demi-page sur les maisons Hakka…) alors on se disait que ça devait être intéressant. Et aussi parce que c’est la première ville à avoir vraiment connu un essor commercial important : de petit port il y a encore une cinquantaine d’années, elle est devenue une des vitrines de la richesse chinoise actuelle ! Bon, par contre, maintenant que j’y suis allée… Je pense qu’il y a encore plein à visiter ne serait-ce qu’en Chine avant d’y retourner, hein ! Ca, c’est fait !

Vendredi 16 Octobre 2009, 23h38 : La journée d’hier : on a commencé par accompagner Lala à son boulot, puis on est allés juste en face, dans un centre commercial, pour un petit déjeuner dim-sun, super bon ! sauf le théo khone (tofu), même sucré, j’aime vraiment pas ça… 😛 et y’avait tellement qu’on a eu des restes pour le voyage…

Bon, en fait cette journée n’était pas super passionnante non plus, puisqu’après, on a juste réussi à ne pas se perdre dans Shenzhen malgré le non-sens de l’orientation de Lala. Ah, et on lui a appris à dire « ouais » au lieu de dire « oui » tout le temps… 😉 C’est fou, elle apprend le français, parle très bien anglais, mais n’a pas la moindre envie d’aller visiter un autre pays que la Chine…!

Et puis l’après-midi, bah 5h de bus plus 3/4d’h de retard, ce qui fait qu’on est arrivés à Moyan à 19h… Juste à temps pour aller dîner au restaurant avec des amis que Maryline et Raymond avaient invités, et aussi des amis de Joseph (du mahjong).

Puis on a fait un petit tour, qui comme d’habitude s’est fini… Au cyber 😉

Toutes les photos de Shenzhen ici !

Chine 2009

Publicités

Encore de la famille qui arrive – les 12 et 13 octobre 2009

Je vais raconter ces deux jours en même temps, parce qu’il n’y a pas tant de choses à dire que ça je pense… 🙂

Mercredi 14 octobre 2009, 23h50 : La journée de lundi a été assez calme, bien que pleine de rencontres !

Le matin, après une courte balade avant qu’il ne fasse trop chaud, on est juste retournées au libre-service avec Mémé, pour acheter des bonbons à rapporter cette fois. Et à midi, on a mangé des œufs au bain-marie… C’est super bon ! on a l’impression de manger du flan, c’est tout léger ! impec avec du riz !

Après, pendant qu’on faisait la sieste, Julie et Max sont allés chercher Maryline et son mari Raymond à la gare. Maryline, c’est la sœur de Julie et Max, encore plus petite. Ils ont décidé de finir leurs vacances « tour de Chine » par Moyan ! On est maintenant 8 dans la maison. Vous vous souvenez ? 3 chambres de 2 + un salon… Ça commence à devenir serré ! et ce n’est pas fini… 🙂

Ensuite, on a cherché des cartes postales. Partout. Même au fin fond des librairies, papeteries, etc. Faut dire que c’est assez compliqué de demander des cartes postales quand on ne sait pas le dire en chinois ! mais n’empêche, on n’a pas trouvé. Du coup, j’ai opté pour du papier à lettres en me disant « on verra si j’ai le temps d’imprimer des photos ou pas… » on en a profité pour rentrer en pousse-pousse 😛


et oui, même à Moyan y’a le Mc Do…

contraste entre le meilleur hotêl de Moyan à l’arrière, et les vieilles maisons…

ma place dans le trafic…

Après le dîner, on est allés chercher Loïc, le petit-fils de Julie et Joseph, qui est à Shanghai depuis un peu plus d’un an, pour apprendre le chinois. C’est cool, on ne se connaissait pas, on a le même âge ! Et même qu’il était en prépa avec deux potes de lycée à moi ! On aurait voulu lui faire une blague (que je l’attende avec une affiche marquée « Loïc » dessus à l’aéroport) mais on y a pensé trop tard, dommage 😛
On était donc 9 : 2 par chambre plus 3 dans le salon !

Le soir du coup, on s’est baladés tous les deux (les « plus vieux » dormaient), pour qu’il voit à quoi ressemble Moyan de nuit, il ne se souvenait pas de la dernière fois qu’il était venu (il avait genre 10 ans je crois…). On a pris un truc à boire, genre sirop, avec des bonbons dedans, c’était fun 😛 et puis aussi on a trouvé un cybercafé ! enfin, surtout, Loïc m’a montré comment les repérer : savoir lire « cyber café » en chinois, ça aide ! Donc j’ai pu répondre, envoyer des mails, c’était chouette ! Ah oui, et aussi au cas où on en aurait douté, et pourquoi je n’ai pas donné plus de nouvelles que ça pendant un mois : no facebook, no twitter, no blog…! dur !

Et puis, ce soir-là, on a aussi décidé d’aller faire un tour à Shenzhen, puisqu’on n’est pas trop loin et qu’il connaît quelqu’un là-bas qui pourrait nous faire visiter…

Le lendemain matin, on est partis en vélo, avec une équipe renforcée par rapport à d’habitude : Raymond, Loïc et un autre chinois de la Réunion, Gaby, se sont joints à nous !

les rives ont été aménagées il y a peu de temps… Et c’est magnifique !

alors on pense qu’il y avait une inauguration en préparation, mais on nous a gentiment demandé de partir…

Les tsarsaw paw sont devenus habituels pour le petit-déjeuner, et après ça, on file à l’agence de voyage avec Loïc pour prendre des billets pour aller en bus à Shenzhen… 60 Yuans le trajet ! 6€ pour 5h de bus ! on décide de partir le mercredi matin à 7h30, et de dormir ensuite une nuit sur place.

Ensuite, avec Mémé, on est allées chez Baptiste, un fils du plus grand frère de Pépé. Il a eu un accident cérébral, donc il ne parle presque plus. Me voilà donc avec Mémé qui n’entend plus trop, Baptiste qui ne parle plus, et sa femme qui ne parle que chinois… C’était pas simple, hein ! dans le genre grand moment de solitude… Mais à un moment, Baptiste, qui a habité presque toute sa vie en Chine, m’a regardé, et m’a dit « moin lé né Cilaos !! » (je suis né à Cilaos en créole quoi) ce qui est bien la preuve qu’il a encore quelques souvenirs, et qu’il avait compris de quoi Mémé me parlait !! C’est assez triste de le voir comme ça, surtout quand on sait qu’avant, il était professeur…

le bus, pour aller chez Baptiste.

L’après-midi, c’était… Mahjong ! et oui, voilà ce que Joseph fait tous les après-midis, et aujourd’hui, il a emmené Loïc avec lui. Alors avec Maryline et Julie, on est allées les voir jouer

Loïc, Julie, Maryline et une copine de Joseph du Mahjong

Loïc et son grand-père

ça n’a pas l’air très très compliqué, il faudrait que j’essaie d’y jouer aussi !

Et le soir, on a fait un petit tour dans un train électrique : 4 sur une moto, vous avez déjà vu ?

le père, la mère, le fils et la grand-mère !!

« The whole city is looking up » semble être le crédo de la ville en ce moment…

et après, on est retournés au cyber avec Loïc… Entre geek, on se comprend 😉

le reste des photos de ces deux jours ici !

Chine 2009

La maison Thia, on vient de là ! – le 11 octobre 2009

Dimanche 11 octobre 2009, 18h10 (bon anniversaire mon Ancien et bienvenue à Emma !!) : Aujourd’hui, on est allés à la maison Thia, là où sont nés Pépé et le père de Julie.

On est partis vers 7h du matin, avec Ah-Youne et sa famille. On était Julie, Mémé, Max et Viviane et moi de notre côté. Joseph ne voulait pas venir. En fait, on est d’abord passés à la maison où Ah-Youne est née pour aussi faire une cérémonie, après avoir acheté les derniers accessoires pour la cérémonie : les couronnes de pétards ! Pour ça, on est allés dans le village « juste à côté », Piang Tzoun.
La maison d’Ah-Youne est vieille aussi !! pas du tout entretenue


D’autres personnes de sa famille sont venues apporter des pamplemousses, des kakis, des songes…

épluchage de songe
Pendant le temps où le frère faisait la cérémonie, on discutait avec Julie, Mémé et Max.

Mémé

Julie

Un visiteur surprise ! Il a sa chambre dans la maison…

Ensuite, on est allés vers la maison Thia qui s’appelle « Fan Youn Léou »

On est passés sous la porte qui a été faite par les Thia de la Réunion,

et sur le chemin, j’ai refait quelques photos du paysage… Celle-là en particulier m’a marquée… Vous connaissez La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel ? Vous devriez le lire !!

Je pouvais difficilement ne pas y penser au milieu de toutes ces rizières !

Puis nous voilà arrivés à la Maison !!

en arrivant, on a fait la cérémonie. Les différentes étapes :

  • on commence par préparer les offrandes sur la table : boissons, viandes, poulets, poissons, bonbons, gâteaux…
  • Puis on allume les bougies, l’encens.
  • chacun prend l’encens et s’incline trois fois pour la prière, et on plante les bâtons d’encens à côté des bougies.
  • On prépare ensuite les feuilles et l’argent, les pétards.
  • Quand les bougies sont presque consumées, on brûle les feuilles et l’argent, toujours avec le même feu.
  • Enfin, on fait péter les pétards à l’entrée de la maison, pour chasser les mauvais esprits.

tout ça est fait deux fois : une fois pour les dieux du ciel, puis pour les ancêtres. Par respect pour les dieux, on le fait pour eux toujours en premier.

j’ai aussi fait un tour pour prendre quelques photos de la maison, et depuis les rizières

Voilà, tout comme ça faisait bizarre de rencontrer de la famille qu’on ne connaissait pas alors qu’on aurait pu, ça fait bizarre de voir cette maison, de se dire que c’est là que Pépé est né, a grandi, a vécu avant de venir à la Réunion… Comment on fait pour partir de chez soi sans espoir de retour ? Il faut vraiment… Ne plus imaginer d’avenir sur place, non, qu’est-ce que vous en pensez ?… Ça fait réfléchir je trouve…

Ensuite, on est allés déjeuner dans un resto super classe : dans une salle tous seuls, avec un coin salon où on nous a servi le thé en attendant que tout le monde arrive. On a bien mangé ! on était 14 et on n’a même pas fini tellement il y avait à manger… Et tout ça pour… 350 Yuans !! 35 € !

En rentrant, on devait s’arrêter chez quelqu’un pour lui apporter des pousses de pitaya (un fruit bizarre…) ; déjà, on a lutté pour trouver où il habitait, puis pour y aller tellement les routes étaient petites, et finalement, une fois arrivés, Ah-Youne se rend compte… Qu’on a oublié les pousses… !!! Bon, ben on a pu visiter comme ça !!

22h14 : ce soir, Mémé a fait un riz cantonnais… Trop bon ! et après, on est ressortis pour se promener un peu… Et j’ai trouvé des converses jaunes et bleues à… 60 Yuans !! (oui oui, 6 €… qui a dit « ce sont des fausses ? » en tout cas, j’ai vu aucune différence avec les vraies converses que j’avais sur les pieds à ce moment là !)

Toutes les photos de la journée ici !

Chine 2009

Journée de repos, petite histoire… – le 10 octobre 2009

Samedi 10 octobre 2009, 15h51 : comme mercredi dernier, aujourd’hui, on se repose. Les deux jours de balade ont bien fatigué Mémé, et de toute façon, il fait beaucoup trop chaud pour sortir.

Ce matin, je suis allée faire du vélo avec Joseph, on est allés assez loin pour voir un parc, « le parc de l’Amiral » ils l’appellent :


Joseph avec l’Amiral

du Taï Chi

Lever du soleil, pénards…

Ensuite, on est allées avec Mémé faire un tour au supermarché en face, j’ai trouvé des baguettes, des chaussettes, des bonbons…

et on s’est baladées un peu tout autour.

Ce midi, on a mangé un plat « fortifiant », qui s’appelle Kéi Tsiou. C’est du poulet (Kéi) avec de la « boisson » (Tsiou), de l’alcool quoi. Alors, bon, on me dit que l’alcool s’est évaporé, donc je goûte… Mais trouve ça quand même fort… ben c’est NORMAL !!! ce qu’ils te disent pas qu’il y a aussi, c’est un taaas de gingembre !!! tu m’étonnes que ça fortifie !! Cela dit, c’est super bon, faudra que je tente !
Sinon, comme c’est calme, j’en profite, j’écris un peu ici des trucs qu’on m’a raconté…

Avant, les parents chinois à la Réunion voulaient que leurs enfants fassent leurs études en Chine. Donc en 1948, le père de Julie a envoyé tous ses enfants (les 14 !) en Chine, dans une ville sur le littoral (San Théouh) pour qu’ils apprennent le chinois, la culture chinoise, etc… Mais juste après, il y a eu 1949… Et les parents sont venus rechercher leurs enfants, pour les « sauver » du régime communiste. Pour la petite histoire, il y avait 2 bateaux qui devaient faire la liaison Chine-Réunion, et Julie et ses frères et sœurs devaient prendre le deuxième : plus grand, plus classe, leurs parents avaient les moyens. Mais (et je sais que ça peut paraître insensé pour les… je ne sais même pas, surtout que c’est la deuxième histoire de la sorte en deux messages de blog, mais voilà, certains y croient. On ne sait pas pourquoi, mais c’est comme ça, certaines choses sont vraies, arrivent réellement…) donc : mais après avoir demandé conseil aux sœurs, le père décide de faire voyager tous ses enfants dans le premier bateau, même s’ils se retrouvent au fond du bateau, sans espace, pour un long voyage inconfortable. Et il a bien fait : le deuxième bateau n’est jamais parti… Ce qui est arrivé à ceux qui devaient le prendre ? Je n’ai pas eu de réponse précise. Juste on m’a rappelé (ou plutôt appris, mais ça avait l’air tellement « habituel » pour eux de le raconter) que le gouvernement chinois pouvaient aller jusqu’à forcer des enfants à tuer leurs parents devant eux, avant de les tuer aussi… Après, savoir si les deux histoires sont liées, ou si c’est un souvenir qui est remonté pendant la conversation, je ne sais pas…

Voilà, je crois que ça sera tout pour aujourd’hui…

Plus tard : on est sortis se balader un peu en ville… Toujours ces motos ! Je peux passer des heures à les prendre en photo je crois… Petite sélection…


pousse-pousse

en rentrant de l’école


cette photo me fait penser à… Tintin !


oups ! ils vont trop vite, ils sont sortis de l’écran…

Et on a fini la journée par une balade dans une des plus vieilles rues de Moyan…

le reste des photos de la journée ici !

Chine 2009

deuxième jour dans le Fu Jian – le 9 octobre 2009

suite de la visite du Fu Jian qu’on a faite… Pas eu le temps de la continuer avant (c’est ça que d’avoir repris le boulot et la vie parisienne…)

Vendredi 9 octobre 2009, 16h45 : ce matin, on est allés manger dans un marché, sur le bord du chemin, des mines !! (nouilles sautées pour les non-créoles de la Réunion…!!)

C’était bon !!!!
Ensuite, on a encore roulé pendant une heure, mais en redescendant vers Moyan cette fois. On était allés le plus loin possible le premier jour pour que le retour soit rythmé par des balades. Une heure plus tard donc, on arrivait au temple « Lim Kwang Tze », devant lequel il y a deux arbres : un mort et un vivant. La légende liée à cet endroit : un petit garçon est né avec les mains fermées, et personne ne savait pourquoi, ni ne savait quoi faire. Alors il est allé voir les moines, et l’un d’entre eux a soufflé sur sa main, et elle s’est ouverte. Alors, pour remercier les moines, il leur construit un temple et plante deux arbres devant, il y a plus de mille ans. Et puis il y a 300 ans, l’arbre de gauche quand on regarde le temple est mort, mais est resté debout, alors maintenant, on les appelle les arbres de la vie et de la mort.

On avait acheté des bougies et de l’encens pour faire des prières,

puis on a demandé aux moines de faire une cérémonie spécialement pour la famille. pour ça, ils commencent à écrire le nom des gens pour lesquels on prie sur une feuille, en chinois.

Ensuite, on est allés dans un grand parc, qui ressemblait à un club de vacances. www.yanminghu.cn Avec piscine, toboggan sur gazon, manège, tyrolienne, golf, hôtel…
On a bu un thé excellent ! et fait des grimaces…
A ce moment là, Ah-Youne me dit « c’est pas normal, tu est trop rouge !! ne me dis pas que c’est le soleil, regarde, nous on n’est pas rouge comme ça nous ! » (bon, il faut essayer de l’imaginer en créole parlé par une chinoise, hein, je simplifie, hein !) alors je lui explique que c’est sans doute parce que mon père est blanc, et elle ne me croyait pas. Il a fallu que ça soit Mémé qui lui dise pour qu’elle me croit !!
Puis Amenfa et Ami voulaient apprendre à dire merci en français, quand on leur a dit « Merci », ils ont explosé de rire : en hakka, ça veut dire « caresser la barbe » !! et en hakka donc, ça se dit « tôr thia ! » alors moi ça m’a fait penser aux tortillas… 😛

On a remangé au restaurant ce midi, et c’était super bon ! On a eu du sanglier laqué (Mémé ne me l’a dit qu’après, elle avait peur que je n’ose pas en manger :p ), brèdes, riz… et même un pepsi, à la place du maintenant Traditionnel thé (toujours aussi bon cela dit ! 🙂 )

Tiens, tant qu’on y est à parler de boissons : on nous déconseille fortement de boire l’eau du robinet, du coup, on ne boit que du thé ou alors du bouillon pendant les repas, et on doit acheter des petites bouteilles d’eau (de marque c’estbon). A tel point que souvent, en arrivant au resto, la première chose qu’on fait est de nettoyer les assiettes, bols, couverts avec de l’eau bouillante que nous apportent les serveurs. Même qu’hier soir, Ah-Youne s’est trompée, elle a nettoyé les assiettes avec du thé 😛

Ah, et ce midi, j’avais mal à la tête, mais genre une mégamigraine. Ami m’a massé les tempes et les poignets avec je ne sais quel médicament avec 8 herbes (magiques ?) dedans, et c’est passé !!! trop fort !

Ensuite, on est repartis vers Moyan. Dans la voiture, on parlait de ce qu’on ferait le dimanche suivant : visiter la maison où mon grand-père est né ! Alors Mémé m’a raconté…
Juste avant la naissance de Pépé, sa maman était malade, et est allée demander aux sœurs ce qu’elle devait faire. (comment on demande : on va voir les sœurs au temple, on pense très fort à ce qu’on veut demander, les sœurs font une cérémonie, et pendant ce temps-là, on prend un pot, genre pot à crayons, rempli de baguettes. on secoue le pot, jusqu’à ce qu’une baguette tombe. Cette baguette a une signification en fonction de la question posée, et grâce à ça, les sœurs donnent une réponse à la question…). Le destin a donc dit qu’il ne fallait pas qu’elle (mon arrière-grand-mère) voit l’enfant, sinon il y allait avoir un malheur (je ne sais pas si c’était pour elle ou pour l’enfant). Donc quand il est né, la dame qui l’a aidée à l’accouchement l’a caché dans son tablier, pour l’emmener chez une tante. (La dame au tablier est en fait la grand-mère d’un ami de mes parents). La tante en question ne pouvait pas avoir d’enfant, et mon grand-père avait déjà 4 frères, c’est donc pour ça qu’il s’est retrouvé adopté par cette tante, et aussi qu’il s’appelle Li alors que tous ses frères s’appellent Thia.
Seulement, cette tante n’ayant jamais eu d’enfants, et les enfants étant de toute façon turbulents, elle le grondait souvent, et sa vraie maman, qui habitait juste à côté, était très triste de l’entendre pleurer, mais elle ne pouvait rien faire, elle ne pouvait pas le récupérer…
Quand il a grandi, il ne gagnait pas beaucoup d’argent, et ses grands frères avec qui il était resté très proche, en particulier le père de Julie (chez qui on est), l’a fait venir avec lui à la Réunion. Il avait 18 ans, et une fois arrivés, ce même grand frère s’est beaucoup occupé de lui, pour lui trouver un boulot, etc. C’est aussi pour ça que, même si on n’a pas le même nom, on est cousins avec beaucoup de familles Thia à la Réunion 🙂

On est arrivés à Moyan, directement dans un temple avec un énorme Bouddha.

On est montés tout en haut, mais on n’a pas pu monter dans la chapelle. On a pris une bougie, pour qu’elle brûle toute la semaine pour la famille, avec le nom de toute la famille dessus (même celui de papa, même s’il n’a pas de nom chinois !)

Finalement on a visité un dernier temple, derrière la forêt, en fait au milieu d’une forêt. On a repris des bougies, de l’encens, pour refaire une prière. Et Amenfa, le guide, a même pris des pétards !

Et on a même vu un couple faire des photos de mariage, en robe blanche etc, on se serait cru en Europe… Je ne pensais pas que les mariages chinois ressemblaient autant aux « nôtres » de mariages !

On s’est arrêtés au retour pour que je puisse racheter une disquette SD pour mon appareil photo. Et là, c’était vraiment la 1e preuve qu’on était dans une ville où y’a jamais de non-chinois. Mis à part le fait que je ne parlais pas chinois (donc que j’étais grillée d’avance quoi), quand le gars m’a vue arriver, il avait déjà décidé qu’il ne ferait pas baisser le prix, puisqu’il savait que je ne saurais pas où trouver la même chose ailleurs… Tant pis pour moi ! ça m’apprendra à ne pas parler hakka !

Quand on est rentrés, Julie était là, et juste après, Max et Viviane sont rentrés. Max est le frère de Julie, un de ses petits frères. Viviane est métropolitaine, et du coup, ça faisait assez bizarre de reparler français après avoir parlé créole pendant déjà toute une semaine. On a dîné (cari de poisson, boeuf chou-chou et bouillon d’oeufs) et après le dessert (bananes et petites bananes), on est sortis se promener un peu. La ville est tout le temps animée ! Et en plus, il y a pleins de gens qui dansent un peu partout.

qui tente une brochette ?

Depuis que Max et Viviane sont rentrés, Mémé dort… Ces deux jours l’ont vraiment fatiguée je crois, et elle dit que ça ira mieux demain. Je crois que je vais aller me coucher aussi, tant pis pour la fin du match Nadal/Safin !

toutes les photos de ce voyage en Chine sont ici !

Chine 2009

Visite d’une partie du Fu Jian – le 8 octobre 2009

J’ai raconté cette journée et le lendemain d’une traite le vendredi soir en rentrant, pour que ça soit plus digeste pour vous, je le recoupe en deux…

Vendredi 9 octobre 2009 16h45 : ça a été deux jours intenses !!

Déjà, hier matin on s’est levés à 6h, 6h10, Joseph (tonton 🙂 ) et moi pour aller faire du vélo. On a fait une grande balade dans Moyan, entre les vendeurs de légumes dans la rue,

les gens qui font de la gym, du Taï Chi dans les parcs,

le parc au lever du soleil,

et tout le reste de la ville, que je voyais pour la première fois finalement… Une bonne balade d’1h20 pour commencer à fixer quelques repères, voir à quoi ressemble la vie dans cette « ville de campagne », aussi pour ne pas avoir peur d’aller se balader en vélo ! Cela dit, si on y est allés à 6h du mat’, c’est aussi pour éviter le « trop » de circulation ! Première impression sur Moyan… les routes, les bâtiments ont l’air neufs, tout est nickel. En même temps, les gens restent très… attachés à leurs habitudes disons : les légumes se vendent toujours dans la rue, alors que des marchés sont aménagés, les gens circulent dans tous les sens alors que les panneaux existent… C’est assez déroutant au début, mais après tout, pourquoi pas ? Peut-être est-ce qu’il faut un temps d’adaptation ? Tout à l’air vraiment très récent… Ou alors, et c’est sans doute une raison plus valable, tout le monde n’a pas les moyens de vendre ses légumes au marché… Ca coûte des sous, c’est sûr… Mémé m’avait dit avant de partir « tu verras, les gens là-bas, ils sont malheureux, mais ils sont heureux ! ils passent leur temps à chanter, danser dans la rue, c’est leur façon d’être heureux, ils n’ont pas besoin d’argent pour ça, juste pour manger ! » elle exagère sans doute un peu, cela dit, cette bonne ambiance, enfin du moins cette ambiance du « on profite, déjà, on est en vie… » est… Vraiment présente… !
Ce qui est agréablement impressionnant aussi, c’est de voir que, même si ce n’est pas du tout une ville touristique, c’est une belle ville : les parcs sont beaux, très bien entretenus, et on trouve toute la journée des gens, hommes, femmes, jeunes, vieux, en train de faire de la gym !

En rentrant, on a pris de quoi un petit déjeuner : 4 pao (les brioches blanches, avec de la viande dedans, tzarsao pao phonétiquement en hakka… 😉 ), 2 fritures genre chichis, 4 boulettes de coco, et deux autres beignets ronds au millet. On en a eu pour 6 yuans. 0,60€ et à 4 on n’a pas fini ! et c’était vraiment bon !

A 8h, un petit bus nous attendait, Mémé et moi, pour aller se balader, avec à bord Ah-Youne, sa nièce, son frère, l’autre monsieur (qu’on va appeler Aman, parce que je crois que c’est son nom, mais je ne suis pas sûre, mais comme de toute façon, il ne parle pas français, il ne le saura jamais !). On a commencé par 2h de route. En fait, on n’a pas dû aller si loin que ça, puisqu’il allait à 60, 70 km/h – je vous l’ai dit, ils roulent cool ici ! – ce qui m’a laissé la possibilité de faire quelques photos de la campagne :

Les femmes travaillant sur les chantiers


la centrale, pas trop loin…


les échafaudages en bambou… Impressionnants ! pas sûre que ça passerait les commissions de sécurité en France ça… !


et puis d’un coup, les rizières, les grandes maisons…

Après une courte pause à l’hôtel pour poser nos sacs, de récupérer une guide (qui hélas ne parle que chinois. Et encore, que mandarin ! ce qui fait que même Mémé ne comprend pas…) nous voilà repartis, sur d’encore plus petites routes…

il y a pleins de petits abris comme celui-là tout le long du chemin, et Mémé m’a expliqué : ils ont été construits par des gens de la région : quand quelqu’un a réussi à gagner de l’argent, il arrange un morceau du chemin, fait construire un kiosque comme ça pour les voyageurs qui auraient besoin de se reposer, il partage ainsi la chance qu’il a eue de pouvoir réussir sa vie avec les gens de la région dont il est originaire.


je sais, ça fait un peu « cliché »… Mais c’est tellement comme ça ! des rizières, et des rizières, et des bananiers (?!)

Et nous voilà enfin arrivés aux Tulous ! On est même aux célèbres tulous de FuJian ! (oui, alors ça je l’ai compris en rentrant, en cherchant sur le net, parce que là-bas, impossible de savoir où on était en fait… C’est dur quand on ne parle pas la langue !)

euh, oué, midi n’est pas la meilleure heure côté couleurs pour les photos… 🙂

Pour faire court pour ceux qui ne voudraient pas cliquer sur le lien wikipédia (;)) : les tulous sont de grandes maisons, rondes où carrées. Chaque famille-clan y habite au complet : plusieurs générations se retrouvent réunies, autour d’un temple.

Jiqing Lou

Les cuisines sont communes, ainsi que les parties réservées à l’élevage des animaux et chaque famille a un appartement. Ces maisons rondes ont permis aux hakka de lutter contre toutes sortes d’ennemis, animaux ou humains… Et c’est la raison pour laquelle il n’y a pas de fenêtres sur l’extérieur aux deux premiers étages. Tout est en bois à l’intérieur. Il y a un théâtre, une « salle de jeux », une salle d’armes, un salon de thé… Tout sur place suffit à la vie de la communauté.

Les marionnettes du théâtre

Il existe deux types de maisons : les carrées sont dédiées à la Terre, les rondes au Ciel.

On a visité celui qui a été reconnu par l’UNESCO, avec pleins d’explications en chinois… Et en anglais ! Ouf !

Juste parce que j’aime bien cette photo, cette vue

On a aussi visité une maison carrée, qui elle avait l’air habitée… Est-ce que c’était pour les touristes ou est-ce qu’on dérangeait ces gens plus qu’autre chose ? C’est un peu dur à dire…

Ensuite, nous sommes allés déjeuner : 9 plats chinois, j’ai TROP MANGE ! comme à peu près pendant tout le séjour… Mais comment peut-on en laisser dans les plats quand c’est aussi bon ? 9 plats donc, plus le riz, et Ami, la nièce d’Ah-Youne qui pensait que je n’arriverais pas à manger avec des baguettes, elle avait apporté des couverts… 🙂 c’était gentil, mais je lui ai montré que je n’en avais pas besoin !

L’après-midi, on est allés loin encore, dans une espèce de « réserve », où il y avait encore des tulous, et puis où on voyait les gens vivre… C’était assez… étrange… comme si on leur avait demandé de rester là, pour montrer aux touristes la « vie à la campagne » ou je ne sais quoi… Cela dit, c’était très beau, et comme c’était en fin de journée, on a eu une belle lumière !

Avec ma grand-mère

On a vu aussi comment on faisait les kakis séchés :

une fois cueillis, ils sont épluchés


puis placés dans des espèces d’étuves


Et voilà le travail ! Ok, ça a l’air bizarre, mais c’est vraiment bon !

Ah, et puis, c’est fou, les rizières sont partout ! ok, c’est normal on est en Chine… Mais est-ce qu’on croit vraiment qu’un cliché est aussi vrai ?

Au milieu de celles-là, on voit une espèce de « place » arrondie : c’est en fait la tombe d’un ou d’une ancêtre, placée de façon à protéger les récoltes, le terrain, la famille… Il en reste encore beaucoup dans la région, mais ils sont de plus en plus détruits, puis placés, soit dans des tombes familiales dans des cimetières, soit dans des fosses communes, quand la famille est partie ou n’existe plus.

Le repas du soir, ça a été 9 plats encore, mais cette fois, j’ai moins aimé, je ne sais pas pourquoi… (à part peut-être les fameux brèdes séchés ?). Et il y avait des boissons… que je n’aurais pas testées… Et vous ?


Sans doute de très bons médicaments… Mais brrrr, non, merci, pas pour moi…

Et voilà, la suite pour plus tard… En attendant, toutes les photos de cette journée ici !

Chine 2009

Premier jour à Moyan – le 7 octobre 2009

Mercredi 7 octobre 2009, 18h36 : On est arrivées hier soir. Ah-Youne avait son comité d’accueil : son frère, la fille de son frère et un autre monsieur nous attendaient dans le petit (très petit) aéroport de Moyan. Tellement petit qu’ils ont pu rentrer nous aider à récupérer nos bagages. On a ensuite pris deux taxis pour rentrer… Les taxis, à Moyan, à l’arrière ils n’ont pas de ceinture… Et les voitures (et vélos. et scooters. et piétons. et pousse-pousses. et tout ce qui se déplace en fait.) suivent la route… mais pas du tout les panneaux, ou les indications !!! un rond-point, par exemple, on n’est pas obligés de tourner dans le même sens tous. Non. On va au plus simple ! sinon, bah on perd du temps sans doute ! et puis du coup, on klaxonne tout le temps !! c’est assez surprenant ! mais en fait on s’y habitue assez vite (enfin, je m’y suis habituée assez vite quoi), puisque de toute façon, tout le monde roule assez doucement.
Donc après une pause dîner chez Ah-Youne (bouillon de poulet rouge et bouillon de boulettes), on est allées Mémé et moi chez Julie et Joseph TCK, qui nous accueillent pour les 2 semaines qu’on va passer à Moyan. Julie est la nièce de mon grand-père (et donc de ma grand-mère aussi) mais elle est plus proche en âge de mes grands-parents que de mes parents ! Elle nous a installé dans la chambre où il y a deux lits. L’appartement est assez grand : 3 chambres, un salon, une cuisine, une sdb, un couloir. Il est au quatrième étage et donne sur la rue. En fait, il est sur une plateforme, genre y’avait un batiment de trois étages, et ils ont rajouté deux espèces de batiments plus fins au dessus : quand on le regarde de profil, on dirait un gros U, où on serait à la base d’une des branches du U. bref, c’est pas clair, je tenterai un dessin… 🙂
Quand on est arrivées donc, Mémé a ouvert sa valise, et a découvert qu’une bouteille de shampooing avait explosé (évidemment, c’est la seule fois qu’elle ne l’avait pas mise dans un sachet, et c’est d’ailleurs la seule bouteille qui a explosé !) et elle a voulu tout laver avant de dormir, alors qu’on vient de faire deux jours de voyage et qu’il est presque 10h du soir ! Alors elle a tout sorti et à commencé à nettoyer…

Aujourd’hui, on a dormi jusqu’à tard… en fait, en y repensant, on a dormi, mangé, dormi, mangé, dormi, etc. Petit-dèj, déjeuner… J’ai passé un moment aussi sur la terrasse, à regarder la rue… !! Tellement animée !!

marchands de viande, de légumes…

petit panoramique de toute la rue


différents moyens de locomotions…

Au bout d’un moment quand même, dans l’après-midi, on est sortis : avec Ah-Youne sa nièce et le monsieur d’hier soir, on est allés chez… le coiffeur !! C’était marrant, Mémé et Ah-Youne se sont fait couper les cheveux, Ami (la nièce d’Ah-Youne) et moi on a juste fait un shampooing-massage-brushing… Pour 1€ par personne en gros… Et j’ai l’impression d’être chinoise sur cette photo, c’est marrant ! enfin, je veux dire, ça se voit pour une fois !

Ami, moi, Mémé, une coiffeuse et son bébé, Ah-Youne et une autre coiffeuse.

Plus tard : On devait aller se faire masser les pieds ce soir, mais j’ai trop mal à la tête, je pensais pas me chopper de migraines ici… 😦

les photos de la première journée.

Chine 2009