Dave Matthews Band – London trip – 5-7 mars 2010 – Part 2

On arrive donc vers 16h30 à North Greenwich, et après s’être demandées pendant tout le trajet comment on allait faire pour trouver la salle, on ne se pose plus de question : cet endroit est DEDIE à la musique, j’ai eu l’impression d’arriver à Disneyland à Paris, j’veux dire avec le métro qui arrive directement dedans ! des restos, des boutiques, une expo, des musées, tout tourne autour du… divertissement disons. et dès qu’on passe les portes, on tombe sur le merchandising… Bah ouais, mais comme c’est pour Dave Matthews Band, on ne résiste pas !

Que je vous dise quand même qui est le Dave Matthews Band… Y’a 10 ans à peu près, par sérendipité (ouaouh, j’ai réussi à caser ce mot !!!), bien que je ne savais pas ce que ça voulait dire à l’époque, et à force d’écouter du rock (Jeff Buckley, Radiohead, Silverchair, Skunk Anansie, Placebo, Smashing Pumpkins, K’s Choice et autres groupes de rock plus ou moins connus, dont on se souvient plus ou moins…), on a fini par tomber sur ce groupe : a priori rien de bien exceptionnel, si ce n’est la composition du groupe : ils sont 5, avec comme d’hab un chanteur-guitariste, un bassiste et un batteur… Oui, mais voilà, les deux autres sont saxophoniste et violoniste !! et ça ENVOIE !!! le chanteur (Dave Matthews) a une voix bien caractéristique et des textes qui calment, le bassiste (Stefan Lessard) sait trèèès bien ce qu’il fait, le saxophoniste (Leroi Moore) est magique dans ses solos, le violoniste (Boyd Tinsley) est un virtuose (un violon électrique !!!!) et puis bien sûr, le batteur, Carter Beauford… !! Ah Carter, le meilleur batteur du monde pour moi ! OK, on va me sortir « ouéé mais le batteur de Dream Theater » etc, mais alors voilà, moi ce que je voudrais dire, c’est que : ok, la technique tout ça, c’est une chose, mais une batterie qui sonne, qui groove, qui FAIT la musique… :love: !!!! le premier album à faire le tour dans la bande de potes qu’on était est « before these crowded streets« , « vieux » de 2 ans déjà à l’époque. On découvre un punch, une atmosphère bien particulière, avec Don’t Drink The Water, Pig, Halloween, The Last Stop… puis on les découvre en live, ok en « piraté » mais allez trouver un album live de Dave Matthews Band à la Réunion en 2000 vous !! et puis, c’est bon, j’me suis bien rattrapée avec eux, puisque depuis, tous les CD, DVD, lives etc que je trouve, j’achète… Bref, tout ça pour dire, qu’en plus, sur scène, on ne peut être que soufflés par leur prestation !

Mais attendez que je vous raconte ça, un peu plus loin… Voilà, donc comme ils sont américains et rarement en tournée en Europe, on ne voulait pas les rater ! Déjà, l’année dernière ils étaient venus, et avaient cette fois-là accepté de s’arrêter en France, à Paris même, à l’Olympia ! On se demandait avec Célia (qui était montée exprès de Lyon !) comment ils allaient faire pour faire rentrer tous les fans, vu les concerts qu’ils ont pu faire, à Central Park entre autres… On avait donc pris nos places à l’avance (en décembre…Pour un concert en juillet…) et on a bien fait, puisqu’évidemment l’Olympia était plein à craquer… d’américains et de canadiens !!! avec les 2 jeunes qui avaient fait une année d’études aux states, on devait pas être beaucoup plus d’européens, et encore moins (c’est logique…) de Français… !

Enfin, revenons à notre concert Londonien (pour le coup, on avait pris les places en octobre…Pour le concert en Mars !). On est donc arrivées biiien en avance, et après avoir acheté 2 T-shirts (entre autres…), nous voilà à faire la queue à l’entrée de la salle. de 17h à 18h30. Ca va finalement ça n’a pas été trop long, et en rentrant, on se rend compte qu’on est à… 2 m de la scène !!! trop bien !! on n’a que 2 personnes devant nous (pourquoi faut-il que ça soient des grands ?…) et youhouuuu c’est partiii !! 19h, début de la première partie, Dave Matthews himself on stage pour introduire le « groupe de p’tis gars qui viennent du même endroit que moi, Brooklyn New York, ya know ! » : Alberta Cross (Support Act ?…. :p ) qui a bien emballé Célia. J’avoue que j’ai eu du mal à me concentrer, j’avais trop besoin d’aller aux toileeeeettes ! donc remonter tout le flot de gens, faire la queue, retraverser tout le monde pour retrouver ma place tout devant, euuh ça m’a un peu perturbée sur Alberta Cross… Bref ! Faudra lui demander son avis à elle :p

20h05… pile à l’heure… 7 ombres arrivent sur scène, puisqu’ils sont accompagnés de Tim Reynolds (guitare) et Jeff Coffin (cuivres). Et Rashawn Ross, qui depuis la disparition de Leroi Moore en 2008, assure (et c’est rien de le dire !) au saxo, et plus largement, aux cuivres. 25 000 personnes (ah oui, parce qu’être à 2 m de la scène c’est une chose, ms savoir que derrière soi il y a près de 25 000 personnes, c’est énorme aussi !!) se mettent à crier de joie de les voir enfin arriver !!!

Dave prend sa guitare et… le silence se fait presque…

Ca a l’air calme, hein… Pas de quoi remuer 25 000 personnes… Pourtant, à la fin de Still Water, je me retourne, et demande à Célia « t’es prête ? »… Le temps de le dire et …

yeeeee-aaaahhhh !!!! Purée si ça commence comme ça, on va jamais tenir tout le temps du concert !!!!! c’est… PUISSANT ! D’ailleurs, à peine le temps de dire bonsoir et s’enchaînent Lying In The Hands Of God (dedicated to LeRoi…) et Shake Me Like A Monkey.

Dave fait une pause, et demande au public quelle est la chanson suivante… Chacun y va de son envie, et puis il se retourne et dit à Rashawn Ross « commence, allez, c’est toi qui choisis… » et c’est parti pour un Sugar Will, tout en douceur au début, pour évidemment monter en puissance, comme à chaque chanson… ! En fait, c’est assez compliqué d’expliquer l’intensité de ce concert… bon, pour donner une idée (mais faut connaître le groupe), la suite de la set list c’était :

You Might Die Trying
Funny The Way It Is
Seven

Puis d’un coup, tiens, ils font plus rien sur scène… Ah si, ils regardent tous Stefan, qui commence à s’amuser avec sa basse… Ah mais oui, mais quand il fait ça, c’est pour faire une intro à… Crush !! youhh!! so goood!!

puis la suite du concert :
So much to say => Ants Marching (Carter tape tellement fort qu’on croit presque que ça vient de l’intérieur de nous…)
Space man => Corn Bread
You And Me
Time Bomb
Stay (wasting time)

…Tout ce temps là, on a l’impression de ne pas toucher terre, de planer !


Boyd, Dave, Carter et Stefan


Dave, Stefan et Boyd

C’est pour ça, finalement, c’est assez compliqué de décrire l’état dans lequel on se trouve à un tel concert… Le groupe vient à peine de sortir de scène, et c’est parti pour un rappel de folie !!!

Finalement, Dave revient, tout seul, avec une guitare… à 12 cordes pour nous faire un Baby Blue à tomber… 🙂 ❤ les autres le rejoignent, une guitare saturée (Tim, évidemment), et c’est parti pour une reprise musclée de Sledgehammer de Peter Gabriel!!! et pour finir en beauté, et pile dans le timing prévu, Jimi Thing !!

A la fin, comme à son habitude, Carter balance des baguettes dans le public… Oui, bon, chui trop p’tite laisse tomber, mais j’aurais vraiment aimé en avoir !… Pfiou…!!! … … … Il est 22h45, on doit sortir de la salle, revenir à la réalité, arrêter le moment de rêve qu’on vient de connaître… Fiou, que d’émotions pendant ces 2h45 de concert ! Indescriptible ! …

D’ailleurs, pas grand monde ne parle, et dans le métro, on entend, par ci par là des « Sexy MotherF*er Shakin’ that *ss,Shakin’ that *ss » que Dave aime bien sortir au milieu de Jimi Thing… Et qui donne à tout le monde envie de danser 😉

On pensait sortir après le concert, mais on est toutes les 2 complètement lessivées après ça !! donc on se décide à aller se coucher, pour pouvoir profiter de la journée du dimanche…

Bon, juste pour l’anecdote : on rentre TOTALEMENT CREVEES à l’hôtel, et ben non, on peut pô rentrer dans nos chambres… Pourquoi ? Nos cartes sont démagnétisées ! si ça c’est pas du manque de bol. On monte, on essaie, toutes les 2, rien ne fonctionne. On redescend, on demande de remagnétiser les 2, rien non plus. On re-redescend (ça commence à énerver un peu quand même…) et là, on nous dit que quelqu’un va monter avec nous. Et c’est là (EVIDEMMENT !) que nos pass refonctionnent. Sinon, c’est pas drôle !! Allez, une bonne nuit, demain on a encore pleins de choses à visiter !

Publicités

Une réflexion sur “Dave Matthews Band – London trip – 5-7 mars 2010 – Part 2

  1. Pingback: London trip – 5-7 mars 2010 – Part 1 « Marie Astier's Weblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s